AccueilactualitésLes Fintech, un secteur d’avenir dans notre région ?

Les Fintech, un secteur d’avenir dans notre région ?

D’après une étude publiée en mars 2016 par PwC Blurred Lines, on estime à 150 milliards de dollars les montants qui seront investis dans les Fintech d’ici 3 à 5 ans.  Cette activité qui rassemble, dans une formidable dynamique d’innovation, industrie financière et entreprises technologiques, bouleverse le secteur financier traditionnel.

Petit Poucet dans la galaxie mondiale, la France connaît néanmoins une montée en puissance de ce secteur. Selon le rapport Deloitte/Fast 500 publié en 2015, pour la 6e année consécutive, les fintech représentent le plus grand nombre de start-ups parmi les 500 sociétés technologiques françaises à forte croissance. Pour Mathieu Hamel, co-fondateur de Marie Quantier, qui intervenait lors du Forum Fintech Innovation, « pas de doute, les talents Fintech sont français. ».
Consciente de ses talents, la France commence à se structurer dans ce domaine. Le 11 juin 2015 naissait à Paris France Fintech, créée par 36 membres fondateurs. « Les français ont des talents reconnus en finance et en mathématiques-ingénierie. Il n’est pas étonnant que le mariage des deux savoir-faire, la Fintech, devienne un de leurs domaines d’excellence. », analyse Alain Clot, président de France Fintech.

Et en Languedoc Roussillon Midi Pyrénées ?

Pour Christophe Nicot, Directeur Général de Madeeli, « outre sa dynamique et son positionnement dans les industries numériques, la nouvelle région dispose d’un atout clé pour réussir dans le domaine : l’excellence de sa formation, aussi bien dans les technologies que dans le droit, le marketing, les sciences sociales et l’économie. ».

Parmi les pépites régionales, Payname, pionnière du co-banking, est le premier acteur de la banque en ligne indépendant, non issu du secteur bancaire. La plateforme permet de réaliser tout type de paiement entre particuliers dans la mouvance de l’économie collaborative. Aujourd’hui, la société a pour projet de construire une « néobanque », « une alternative à la banque simple, transparente et plus collaborative », explique Eric Charpentier, son fondateur.

Fondé en 2001 à Labège, près de Toulouse où sont basés R&D et le support technique, Lyra Network, opérateur de paiements internationaux, est présent à l’international avec des filiales en Algérie, Allemagne, Brésil, Chili, Espagne et Inde. Le groupe, qui rassemble 160 salariés, a réalisé 51 M€ de chiffre d’affaires en 2015, dont 30% à l’étranger. Avec 6 milliards de paiements sécurisés réalisés en 2015, la société peut s’enorgueillir de réaliser un paiement sur deux en France.  Exposant sur le stand Région / Madeeli au Mobile World Congress 2016, Lyra Network y a présenté sa dernière solution de paiement sécurisé et mobile. En 2014, la société avait également participé à la mission organisée par Madeeli au Brésil, dans l’Etat du Pernambouc.

Créée en 2008 à Toulouse, la plateforme de crowdfunding WiSEED, accompagnée à sa création par Madeeli, fait également figure de pionnier. Alors qu’aucun cadre réglementaire n’existe dans le domaine du financement participatif,  WiSEED contribue à la création du statut de Conseiller en Investissement Participatif (CIP) aux côtés des instances gouvernementales. En 2015, Capital Finance classe la société comme 1ère plateforme d’equity crowdfunding.

Un cluster Fintech en région?

Des acteurs à regrouper au sein d’un cluster ? Une possibilité évoquée par Pierre d’Agrain, président de Toulouse Place Financière créé en 2005. « En tout cas, conclut Christophe Nicot, nous disposons de la masse critique suffisante pour créer un cluster Fintech en tant que tel ou faire vivre la thématique au sein des pôles et clusters existants. Ceci est d’autant plus vrai dans le cadre de la nouvelle région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées avec notamment le potentiel autour de Montpellier.  C’est un très bon sujet pour le prochain SRDEII (Schéma Régional de Développement Économique, d’Innovation et d’Internationalisation.»