AccueilactualitésRetour sur la Journée « Fabrication additive en Occitanie »

Retour sur la Journée « Fabrication additive en Occitanie »

Journée « Fabrication additive, enjeux et impacts en Occitanie / Pyrénées -Méditerranée »

Le 10 janvier 2017, Madeeli a présenté les résultats de l’étude Fabrication Additive à 250 acteurs industriels en présence de Nadia Pellefigue, Vice-présidente de Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Présidente Déléguée de Madeeli.  Pilotée par Madeeli, cette étude a été financée par la Direccte et la Région Occitanie, avec le concours d’Aerospace Valley et de l’IRT Saint-Exupery.

La table ronde organisée sur le cas de l’aérospatial, qui a suivi la restitution de l’étude, a mis en lumière les points de vue de donneurs d’ordre (Airbus, Safran, le CNES) et des PME de la supply-chain.

Un espace exposition dédié a permis de découvrir les activités, produits et services de :

Près de 300 personnes ont assisté mardi 11 janvier 2017 à la présentation de l’étude Madeeli sur la fabrication additive en Occitanie.

 

Rappel du programme de la journée

D&Consultants à qui a été confié l’étude, a mené 80 entretiens qualitatifs, et sondé 92 entreprises des secteurs de la santé, de l’agro-alimentaire et des transports (via un questionnaire en ligne).

La fabrication additive, c’est quoi ?

La fabrication additive regroupe toutes les techniques qui permettent de créer un objet par addition de couches successives de matériau, fusionnées entre elles par une source d’énergie.

Tout savoir sur la fabrication additive

Une technologie présentant de nombreux atouts :

  • Grande liberté de conception des pièces (forme, dimensions, complexité)
  • Raccourcissement des délais de mise sur le marché grâce à la suppression de plusieurs étapes de production complexes
  • Economie de matière
  • Réduction des coûts de fabrication et réduction des stocks grâce à la numérisation.

Des contraintes fortes liées à :

  • La complexité des technologies utilisées, complexité des matériaux, complexité dans la conception des pièces
  • L’immaturité technologique des machines qui risquent de devenir rapidement obsolètes,
  • Les temps d’impression bien supérieurs à l’usinage classique, ce qui pour l’instant rend la technologie performante pour les petites séries uniquement
  • La taille des pièces qui reste encore contrainte.

Des questions se posent aussi sur la certification des pièces ainsi produites et la sécurisation des données envoyées à l’impression pour la fabrication des pièces.

Le marché de la fabrication additive

Le marché mondial de la fabrication additive pesait 4,75 Mds d’euros en 2015 avec un taux de croissance annuel de 25,9%.  La France est au 7ème rang mondial. Les Etats Unis dominent le marché mais leur avance concerne surtout les polymères et laisse le champ ouvert aux développements sur l’impression métallique. La technologie présente un fort potentiel qui devrait monter en puissance au cours de ces 10 prochaines années, notamment dans l’aérospatial. Il faut donc se tenir prêt, s’informer, se former, prendre part aux projets d’innovation en s’appuyant les plateformes régionales de R&D mentionnées dans l’étude.

Le positionnement de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

Dans la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, le marché est tiré par le secteur aéronautique et dans une moindre mesure par le spatial et le médical.

L’étude propose une cartographie régionale détaillée. Une trentaine d’entreprises sont présentes sur les différents maillons de la chaîne de valeur de la fabrication additive, avec de vrais points forts tels que la conception, la fabrication et le contrôle. Nous hébergeons par ailleurs des structures de recherche et d’expérimentation, la plus emblématique étant l’IRT Saint-Exupéry.

Présentation de la restitution de l’étude

Table-ronde : Le cas de l’aérospatial

La table ronde sur le cas de l’aérospatial a ensuite rassemblé les donneurs d’ordre (Airbus, Safran, CNES) ainsi que des PME et ETI spécialisées dans les technologies additives (Sogeclair pour la conception, Prismadd et Fusia pour l’impression et SD Tech pour les matériaux)

Quelques points clés énoncés

  • Les donneurs d’ordre ont expliqué être dans une phase de prise en main, optimisation, mise sous contrôle du process. Ils ne considèrent pas la fabrication additive comme un procédé qui viendra se substituer complètement aux technologies traditionnelles, mais comme un procédé complémentaire pour les concepteurs et les producteurs afin d’améliorer la satisfaction des clients. Dans l’aéronautique, en phase de séries, se posera concrètement la question de la valeur ajoutée de la fabrication additive par rapport aux procédés conventionnels. L’intérêt sera certainement plus facile à démontrer en phase de développement ou de support. Dans le spatial, une utilisation au mieux de la fabrication additive permet des innovations permettant d’atteindre des performances produits en faisant des choses qui n’auraient pas été possibles de façon soustractive, avec une contrainte forte toutefois sur le contrôle des pièces (dans la mesure où la maintenance n’est pas une option dans l’espace).
  • C’est une donc une technologie à gros potentiel, dont certains points sont encore à améliorer et qu’il va falloir encore co-construire avec les différents acteurs de la chaine de valeur.
  • Pour les concepteurs, c’est une opportunité de travailler complètement différemment des procédés classiques en ciblant la finalité, les fonctions et l’environnement des pièces/volume dédié. Cette évolution induit un rapprochement avec les autres acteurs (fabricants de machines, de logiciels).
  • Pour les producteurs, cette rupture technologique permet un repositionnement sur la chaine de valeur, en particulier par des logiques d’intégration verticale. L’activité actuelle consiste essentiellement à améliorer la maitrise du procédé, avant de pouvoir la rentabiliser.
  • Des compétences sur les poudres existent également en région pour accompagner le déploiement de ces technologies par la formulation, la caractérisation ou les préconisations sur la manipulation des poudres.

Agenda de la Région Occitanie et de Madeeli en 2017 dans la fabrication additive

Organisation de journées d’information des entreprises sur le territoire régional

Lancement d’une seconde étude Madeeli et UIMM sur le volet formation afin de définir une offre régionale.

Convention d’affaires sur la fabrication additive, (Aerospace Additive Manufacturing Summit  – AAMS), organisée les 21 et 22 novembre 2017, en partenariat avec le pôle Aerospace Valley

Fabrication additive :
« enjeux et impacts en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée »
Cliquez ici pour télécharger l’intégralité de l’étude