AccueilactualitésMBS : Retour sur la Table-ronde “Démarches collectives pour la préservation des produits de haute qualité et races locales”

MBS : Retour sur la Table-ronde “Démarches collectives pour la préservation des produits de haute qualité et races locales”

Le Mountain Business Summit (MBS), co-organisé par Madeeli et ABE, s’est tenu pour la première fois à Tarbes, du 5 au 7 juillet dernier. Cet événement se propose d’être au plus près de la réalité des territoires montagnards,  soumis à de nombreuses crises et mutations. Le MBS propose des espaces d’expositions, des rendez-vous d’affaires, des conférences et de tables-rondes. Retour sur la table-ronde “Démarches collectives pour la préservation des produits de haute qualité et races locales”.

Démarches collectives pour la préservation des produits de haute qualité et races locales

Mots-clés :
Produits de qualité, liés à un terroir, belles histoires à raconter, cultiver une ambition commune, « chasser en meute » pour continuer à toucher de nouveaux marchés. Créer du lien entre les produits, les pratiques, la haute montagne et les vallées.

Gastronomie, haute qualité, races locales

La problématique était la suivante : en pleine mutation, l’économie de la montagne oblige à repenser les modèles existants. Comment y parvenir sans pour autant perdre son identité ?

  • Comment encourager les synergies et les complémentarités pour protéger la diversité gastronomique d’un Territoire ?
  • Comment tirer de bonnes pratiques de tous les exemples de démarches collectives ?
  • Comment mettre en réseau des potentialités et des talents afin de consolider ces démarches au service de produits de haute qualité & de la préservation de races locales.

Jean-Louis Cazaubon, Vice-président de la région Occitanie, en charge de l’agro-alimentaire et de la viticulture, a ouvert la table-ronde. Il a notamment évoqué la richesse du patrimoine gastronomique des Pyrénées, au travers des “belles histoires” d’entreprises locales, à fort potentiel marketing et touristique.

La démarche pionnière du Consortium Porc Noir de Bigorre (1981)

Patrice Coustalat, Président du Consortium, et dirigeant de la GAEC la Ferme Vignecoise (65), a rappelé comment un défi collectif d’éleveurs, d’artisans charcutiers et salaisonniers a su transformer une contrainte en opportunité. Le défi était de sauver et faire “renaître” le Porc Noir de Bigorre, presque éteint (restaient 2 mâles et 34 femelles). Cette race était alors jugée inadaptée au modèle économique dominant, car pas assez rentable.
La marque, de nature privée au début, est devenue, 30 ans plus tard, une marque du domaine public, sur un territoire identifié, avec l’obtention de l’AOP*. Elle porte une ambition territoriale forte autour d’un produit défini, avec un mode de production spécifique, respectueux de l’environnement et une notoriété reconnue.
Elle a acquis une expérience forte en matière de démarche collective et accompagne d’autres groupements avec des produits complémentaires dans le partage de bonnes pratiques, comme les Poules d’Astarac dans le Gers. Avec le parti pris de “valoriser le bon gras”, elle contribue à faire émerger de nouveaux produits en phase avec les tendances de consommation, pour aller sur des marchés plus exigeants à l’export.

En savoir plus sur le Porc Noir de Bigorre
On en parle sur www.madeeli.fr : Jambon Noir de Bigorre, prix “Packaging” des Trophées de la Découverte

Le cluster Saveurs des Pyrénées, modèle de promotion commerciale de produits locaux à l’export : “aller très loin pour revenir plus fort”

Dès 1984, plusieurs producteurs pyrénéens animés de la même volonté de maintenir le dynamisme économique de leur territoire et des terres agricoles, se sont associés pour se doter d’une équipe commerciale capable d’accéder à des marchés éloignés de leurs lieux de fabrication. Ce cluster, dirigé par Sabine Barra, regroupe une vingtaine de producteurs. Il conjugue ambition territoriale forte, désenclavement, export, et innovation. Il contribue à la promotion de savoir-faire locaux avec une dynamique de filière et une logique de montagne. De plus, il insuffle de la créativité pour aller vers l’innovation et sortir ainsi “des politiques de prix” pratiquées par les acheteurs. L’export devient un laboratoire d’expérimentation permettant de capter les tendances de demain, pour évoluer grâce à un échange dynamique. La clé du succès réside dans l’écoute permanente des producteurs, l’agilité et l’équilibre avec les valeurs initiales (savoir dire non à un produit qui ne correspond pas au positionnement du cluster). La marque nationale Artisan des Pyrénées en est une belle illustration.

En savoir plus sur Saveurs des Pyrénées
On en parle sur www.madeeli.fr : Vu au MBS : Saveurs des Pyrénées, vos papilles vont atteindre des sommets

Ces logiques de marques collectives se traduisent également à l’échelle départementale pour toucher une clientèle locale.

La marque “HaPy Saveur”, de la visibilité pour les produits locaux

Françoise Ledoux, Coordinatrice technique de HaPy Saveurs, indique que l’initiative est partie d’un constat : l’absence de transformation sur le département des Hautes-Pyrénées. Dans le cadre de son projet de territoire, le département a créé une estampille «HaPy Saveurs», pour valoriser les produits locaux de la filière alimentaire, à l’attention notamment des restaurateurs. Cette marque territoriale, déposée par l’association Ambition Pyrénées est un collectif d’acteurs qui regroupe le conseil départemental, la CCI, la chambre d’agriculture, la chambre de métiers ainsi que le Grand Tarbes et la ville de Tarbes. Elle possède un logo et une charte consignant les valeurs de terroir, de savoir-faire et d’état d’esprit d’hommes et de femmes engagés pour la préservation du patrimoine territorial. Un comité d’agrément spécifique à chaque filière examine les demandes et garantit la cohérence de la démarche, qui répond à un cahier des charges. Le tout, avec une réelle volonté de lutter contre les idées reçues.

La démarche a été mise en place avec la filière boucherie, dans une démarche de co-construction. Quinze premières boucheries ont été agréées et ont inauguré la démarche. Il y a eu de très bons résultats avec la GMS, qui a souhaité être associée, avec un “engagement visibilité” sur six mois pour les producteurs. La réussite reposera sur un vrai engagement des parties prenantes et une coordination dynamique, pour maintenir la cohérence. Dans la restauration, les tables participant à HaPy Saveurs devront proposer une carte “à forte identité pyrénéenne”, comprenant au moins trois produits locaux, ce toute l’année. La Signature : “Viande animaux de race allaitante, nés dans le département 65, élevé, engraissé et abattues sur place”.

En savoir plus sur HaPy Saveurs

COPYC, viande locale et éthique

Autour de la filière viande, d’autres acteurs comme “Agneau des Pyrénées”, défendant la sauvegarde des races rustiques des Pyrénées, sont acteurs de l’aménagement du territoire, contribuant à l’attractivité du territoire par leur métier. Ainsi, Jean-François Layrisse, Président de la Commission Ovine des Pyrénées Centrales (COPYC), parle de la démarche basée sur la biodiversité animale et la sauvegarde des races rustiques des Pyrénées. L’IGP “Chaine des Pyrénées Montagne” est très large (sept départements). C’est un outil d’aménagement du territoire et de structuration à moyen ou long terme : installation de troupeaux de races rustiques et organisation de l’itinérance. Il s’agit là d’une démarche “grande zone”, complémentaire des démarches territoriales existantes, qui veut remettre l’agroécologie, la biodiversité et la dimension sociale au cœur des pratiques.
Il y a également une réflexion en lien avec des étudiants pour travailler à l’attractivité du territoire par le métier de berger.
Voir la vidéo
Des travaux sur des nouvelles méthodes alternatives (biomasse/puits de carbone) et un partenariat avec l’ADEME sur l’analyse du cycle de vie des produits est également en cours.

En savoir plus sur COPYC
On en parle sur www.madeeli.fr : Vu au MBS : la filière ovine recrute

Lourdes, ville mondiale : le projet alimentaire territorial de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées

Nous avons vu que les démarches collectives pouvait se décliner à différentes échelles. Le projet alimentaire territorial de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, labellisé au Programme National de l’Alimentation 2016-2017, s’est construit autour de l’émergence d’Ambassadeurs. Suite à la réalisation d’un diagnostic territorial sur l’alimentation, le constat a été fait du peu d’adéquation entre l’offre (peu connue) et la demande (peu structurée). Bruno Vinuales, Conseiller communautaire délégué à la Communauté d’Agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées (CA TLP), a rappelé que Lourdes est une ville connue au niveau mondial, qui nourrit 3 millions de visiteurs par an. Les besoins de ces consommateurs ont changé. Il faut faire évoluer l’offre et régénérer l’image de la ville.
L’objectif de la démarche est de faire émerger les ambassadeurs du territoire, avec bien sûr, une identité commune. Les trois  axes retenus sont : circuits courts, agrotourisme et développement de produits.

Conclusion

Pour conclure, Jean-Louis Cazaubon a salué “le coup de projecteur” proposé par le MBS, sur ces nombreuses initiatives, conduites depuis plus de 30 ans, autour des productions à forte identité montagne. Recherche d’alternatives de production ou pratiques d’élevage responsables, complémentarité produits pour toucher des marchés lointains ou quête de goût, d’exception et d’excellence produit, toutes ces initiatives ont en commun un lien fort au territoire et une volonté d’allier tradition & modernité pour répondre au mieux aux tendances de consommation de demain. La valorisation et le rayonnement de ce patrimoine alimentaire nécessite cependant du désenclavement, un maillage logistique fort, et la prise en compte de contraintes règlementaires, divergentes selon les pays. Ces exemples multi-échelles, depuis le petit producteur jusqu’aux filières structurées, prouvent une fois de plus que l’on est plus fort collectivement.

 

*AOP : Appellation d’Origine Protégée (AOP) est la dénomination française d’un signe d’identification de l’Union Européenne. Ce label désigne des denrées produites, transformées et élaborées dans une aire géographique déterminée, en mettant en œuvre le savoir-faire reconnu de producteurs locaux et des ingrédients provenant de la région concernée.

**IGP : l’Indication Géographique Protégée (IGP) est un signe d’identification de l’Union Européenne d’origine et de qualité. Elle permet de préserver les dénominations géographiques contre les usurpations et imitations, et aide les consommateurs à déterminer l’origine d’un produit agricole alimentaire lorsqu’il tire tout ou partie de sa spécificité de cette origine.